AUFFRET Sylvain

On est allé à la résidence les Cigales pour  rencontrer ce « grand » amoureux de la musique, natif de Tillier sur Havre (Sud de l’Eure).
Sa rencontre avec cet instrument à corde a eu lieu à l’adolescence et depuis, il n’est plus sorti de son cœur.
Sa première guitare lui vient de son frère, un objet que le frangin n’utilisait pas et sans le savoir, il venait d’unir Sylvain à la musique et la guitare pour de très longues années.
 

Pendant six mois, il a appris les bases nécessaires avant de poursuivre son apprentissage de manière autodidacte.

Donc, à 14 ans il a eu sa première guitare et 34 ans plus tard elle est toujours présente et de plus, d’autres l’accompagnent, elles ont fait passer Sylvain de débutant à pratiquant éprouvé.

Dans le passé, faisant partie de plusieurs groupes, de punk, hard rock et reggae, aujourd’hui il qualifie son style comme étant du rock FM.

Son groupe actuel s’appelle « INDUCTION » elle formé de Christophe (Chris), Yoann (Yoyo), Wenael (Wen) et lui-même Sylvain (Sly).
Il sent la bonne ambiance, le partage, pendant et en dehors de la musique : « c’est une deuxième famille » dit-il.
Cette famille se réunit en répétition tous les vendredis à l’école de musique au château de Gaillon dans une partie qui lui est dédiée.
Sylvain est un des guitaristes, le ledear de cet instrument et chanteur également, son niveau issu de ses connaissances empiriques lui permet de faire des prestations en solo.
 
Comme tous les vrais passionnés, une bonne partie de ses journées est prise par sa pratique. Chez lui, une pièce est réservée à son domaine de prédilection, c’est son studio où se trouvent ses guitares, sa table de mixage et son système informatique. À cet endroit, AUFFRET Sylvain  est dans son élément, il joue, écoute et compose.
 
Il est vrai que tout petit, son père écoutait souvent de l’accordéon et par conséquent, son cerveau d’enfant a géré ce son là aussi. Jimi Hendrix et Eddie Van Hallen ne vous disent peut-être rien mais pour Sylvain, ils ont contribué à façonner et ancrer sa passion musicale.

Maintenant et depuis longtemps bien sûr, Il trouve une partie de son bonheur à composer et jouer pour le bonheur de ceux qui apprécient les prestations qu’il réalise au sein de son groupe comme cela fera le 16 octobre prochain.

Auffret sylvain traitée 23092021-IMG_0005.jpg
Auffret sylvain traitée 23092021-IMG_0006.jpg

Marco LESCHIUTTA

IMG_0058 Marco Leschiutta batterrie élec.JPG
IMG_0080 Marco Leschiutta 2.JPG

Marco LESCHIUTTA.
Dans notre rubrique un Courcellois à l’honneur, aujourd’hui, focus sur un percussionniste du groupe CARBON COPY.

Ce groupe existe depuis deux ans et demi et Marco LESCHIUTTA est un des membres fondateurs. Il habite à Courcelles sur Seine depuis 1997, natif de Paris d’un père venant du Nord de l’Italie et d’une mère Sicilienne qui se sont rencontré à Paris.

Bien qu’ayant le rythme dans son cœur et dans ses sens depuis toujours, c’est vers la cinquantaine qu’il décide de franchir le pas pour jouer de la batterie.
Il a trouvé une opportunité, par l’intermédiaire d’un copain qui l’encourage à venir jouer. Pas serein, il y va, et depuis, la batterie fait entièrement partie de sa vie .

Il souhaitait progresser et ce progrès, il l’a fait à l’école de musique à Gaillon là où il a rencontré un autre musicien et ainsi est créé l’orchestre « CARBON COPY ». Le style pop-rock, voici ce qu’il répète à Courcelles sur seine avant d’aller jouer dans des restaurants et dans des communes.
Ils sont six amoureux de la musique dans ce groupe,
Caroline, Rémi, Dominique, Laurent, Patrick et Marco.
Les restrictions sanitaires est une contrainte pour leurs répétitions c’est donc le plus souvent en solo dans son studio aménagé au sous-sol de la demeure qu’il garde le rythme.
 
Marco, est un Courcellois à double activités, il étale son cœur de musicien lors de ses prestations et il est également éducateur canin dans le club C4P à Aubevoye.

Bravo Marco pour votre passion musicale, pour vos performances, baguettes aux mains et le rythme dans la peau.

14/03/2021.

IMG_0054 Marco Leschiutta.JPG
IMG_0081 Marco Leschiutta ok fin.JPG

Christian XERRI

UNE NOUVELLE RUBRIQUE QUI VA PRENDRE PLACE SUR NOTRE SITE INTERNET ET DANS NOTRE ACTUALITÉ.
En effet,
UN COURCELLOIS À L'HONNEUR débute avec Christian XERRI.


Nous sommes allés rencontrer un ancien dessinateur industriel Responsable R&D (Recherche et Développement)  dans la société Grand Marnier là où il a travaillé, d'abord à Neauphle-le-Château dans les Yveline en 1973 et deux ans après, il a intégré l'usine  d'Aubevoye.
Natif de Tunis ( Tunisie ) il est arrivé à Paris en 1964 et maintenant cela fait 45 ans depuis qu'il réside à Courcelles Sur seine.


À l'honneur pour ses prestations artistiques.

Christian XERRI    a    commencé    sa    relation    avec    l’aquarelle   en  essayant  de  reproduire  des  cartes postales  il y  a une trentaine d’années, et pour progresser, il a suivi une formation dispensée par Jean-Pierre RAULT à Rouen.
Son père était un artiste également, il travaillait ses sculptures (poisson, bateaux etc.…) sur la corne de bœufs.

Son expérience d'aquarelliste et ses formations ont permis à Christian de former à son tour lors de différents ateliers à Courcelles Sur Seine.

"Être aquarelliste est difficile dit-il, il faut de la patience car si on a fait une erreur, impossible d'effacer, il faut déchirer et recommencer.  Donc, les gens essaient et n'y arrivant pas, ils abandonnent".

Expérimenté   et   passionné, ses œuvres   ont   été plébiscitées dans plusieurs concours dont le prix du lions club international à Charenton (près de Paris), le prix du public à Vascoeuil, celui de Venables et le prix de la municipalité d'Étrépagny...

Christian XERRI avec son trophée.jpg

Image par défaut

Raymond BOURBLANC, né en Bretagne dans les côtes d’Armor en 1943 et courcellois depuis très longtemps
 
Appelé à l’armée en janvier 1963, il s'engage après son service militaire de 15 mois. D’abord 6 mois pour tâter le terrain avant de signer pour une longue durée pendant laquelle il gravit les échelons en passant plusieurs examens et concours, tous, autant intellectuels que physiques, pour obtenir le Diplôme Militaire Supérieur (permettant d’être Commandant). À l’apogée de sa carrière militaire comme chef d’escadron, le commandant Bourblanc est aussi titulaire de deux examens en langue étrangère (Allemand) 1er degré (parlé) et 2ème degré (écrit).
 
Ses premiers pas avec l’armée ont eu lieu en Allemagne dans une unité de transport, le 411ème BS. C’est dans ce pays qu’il a fait la plus grande partie de sa carrière, soit 15 ans sur 33.
 
Il n’a pas eu l’opportunité d’être sur les théâtres de combats mais une partie de son unité (qui était sous son commandement) est partie sur les fronts au Liban au moment de sa mutation à Berlin (Allemagne).
 
 
Comment ce Breton de naissance est arrivé chez les voisins Normands ?
 Justement quand Raymond BOURBLANC a quitté Berlin en 1994, c’était pour être affecté à Vernon. Il a cherché une maison à louer et c’est à Courcelles sur Seine à proximité donc de ses nouvelles responsabilités de Chef de service administratif et financier qu’il l’a trouvé.
Maintenant, ce régiment de transport et logistique n’existe plus, il a été dissous pour être implanté à Châteauroux.
 
Raymond, légitimé par empirisme et son niveau de commandement, nous disait que l’armée permet de gravir les échelons mais qu’il fallait beaucoup travailler à l’instar de ses 15 examens et concours durant sa carrière.
 
 

Son histoire avec la mairie de Courcelles Sur Seine :
Sollicité pour être sur la liste de Richard POTEL en 2001, cette liste n’a pas eu le succès souhaité avec seulement trois élus dont il fait partie.
Pendant ce mandat, il est élu par le conseil municipal, Adjoint chargé des travaux.  Il supervisera principalement :
" la réfection de la Ruelle des Prés, la 1er tranche de la route des Andelys et la rue de l'abbaye du Beau Bec .

 
Au mandat suivant en 2008, le Maire en place, Mme Laurence BOVE ne souhaitant plus se représenter, la liste que Raymond avait composée est élue au 1er tour avec une large majorité et le voici à la tête de cette commune. Plusieurs réalisations sous son mandat comme la rue de l’avenir mais son meilleur souvenir reste la construction de l’école Claude Monet.
 
Au mandat suivant en 2014, à son tour, il ne se représente pas mais reste au sein de la municipalité qui a donc un nouveau 1er magistrat en la personne de Joël Le Digabel l’actuel maire.
Ce Costarmoricains Commandant de l’armée et Maire de Courcelles sur Seine dans son passé très actif est aussi père de deux enfants nés à Mulhouse. Son ainé René est également militaire au grade de capitaine au 516ème Régiment du train à Toul (à Écrouves plus précisément) et Pascal son cadet est professeur d'éducation physique et sportive à Pérols à côté de Montpellier.
 
 
Désormais, Raymond BOURBLANC s’occupe autrement, à prendre du plaisir pour lui, son épouse, ses enfants et petits-enfants.

Image par défaut